Journée mondiale du don et de la greffe d’organes: le Maroc accuse un retard énorme (ONG)

Le Maroc, à l’instar des autres pays, célèbre ce samedi, 17 octobre, la journée mondiale du don d’organes. L’association REINS, qui poursuit son combat en vue de promouvoir et accélérer la cadence du don et de la greffe d’organes, a dressé un bilan, peu reluisant, de la situation que vivent les patients au Maroc et ce, dans le but d’attirer l’attention des responsables et des décideurs sur le nombre sans cesse croissant de patients qui décèdent en attentes d’organes.

«Certes, le don d’organes est considéré comme un des moyens thérapeutiques les plus efficaces pour sauver des vies humaines. Face au retard énorme qu’accuse le Maroc en matière de greffe d’organes en général et rénale en particulier, la célébration de cette journée mondiale permettra de sensibiliser davantage sur l’importance de cet acte de générosité et de solidarité qui sauve des vies», a souligné, à cette occasion, le Pr. Amal Bourquia, néphrologue et présidente de l’association REINS.

Des chiffres alarmants

Statistiques, à l’appui, elle rappelle qu’au Maroc près de 17 000 patients sous dialyse forment ardemment le vœu de transplanter un rein, pour soulager leur souffrance, améliorer la qualité de leur vie et contribuer au développement durable du pays. Les patients greffés, depuis 1986, s’élèvent à peine à 400 dont 46 personnes en 2014 (36 donneurs de rein vivants et 10 donneurs décédés). En outre, 3500 nouveaux patients sont entrés en dialyse en deux ans (2012-2014). Concernant les autres greffes d’organes, 5 greffes de foie ont été réalisées dont 2 par des donneurs vivants et 3 par donneurs décédés.

Au niveau de la Cornée, 360 transplantations ont été effectuées dont 350 à partir d’organes importés tandis que 1 000 patients attendent, indéfiniment, leur tour. Concernant les cellules, le Maroc ne dispose toujours pas de banque de sang placentaire. A ce jour, les allogreffes sont de l’ordre de 10 et les autogreffes de 50, selon les statistiques fournies par l’association.

Sensibiliser les jeunes

Pour faire face à cette situation, l’association REINS mène un combat sans relâche en poursuivant sa mission d’information et de sensibilisation au don et à la greffe d’organes. Et ce dans le but d’encourager et motiver les citoyens pour le don afin d’aider à l’essor de cette thérapeutique.

Par ailleurs, «la sensibilisation des jeunes est l’objectif prioritaire de cette année», souligne Pr. Amal Bourquia. A cet effet, une campagne de sensibilisation au don d’organes et de tissus vient d’être lancée dans les établissements scolaires de la préfecture Casa-Anfa, par l’association Reins. Cette action vise à ancrer la culture de don d’organes chez les jeunes.

Promouvoir le don d’organes

Et pour la première fois une championne marocaine du monde du sport, en l’occurrence, Hind Abatorab va courir avec le logo REINS et le slogan du don. Le but est de véhiculer des messages prônant les valeurs de partage, de solidarité et de générosité vis-à-vis des patients dans le besoin d’organes pour sauver leurs vies.

L’association REINS a également procédé au lancement d’un « réseau national du don d’organes », qui se propose de développer les actions de promotion du don d’organes dans notre pays.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Commentaire Rendre hommage aux membres de l’association est la moindre des choses que l’on puisse faire et en particulier au Pr Amal. Il faut que les masses médias et la société civique et les ONG marocaines se mobilisent pour sensibiliser les gens à s’intégrer massivement dans cette action humanitaire et que les procédures législatives soient allégées .
    Bon courage.