ABC Bourse : « Elections au Maroc, vers l’émergence de la nouvelle puissance Africaine ? »

ABC bourse s’intéresse aux élections du Maroc qui pourraient propulser l’évolution du pays. Le media en fait une lecture à travers la diplomatie économique du Maroc en direction du continent auquel il appartient : l’Afrique, dans une logique de partenariats sud-sud.

Le media rappelle que 4 ans auparavant, le royaume a réintégré l’Union africaine quittée pendant presque 40 ans. Et ce, « pour redevenir la nation motrice des partenariats sud-sud. Une vocation exprimée d’ailleurs noir sur blanc dans le préambule de la Constitution marocaine de 2011 ».

Le Maroc est à l’heure actuelle « le deuxième investisseur africain en Afrique et le premier en Afrique de l’Ouest ». « De manière globale, le Maroc a des accords commerciaux avec de nombreux pays africains, ainsi que des accords commerciaux préférentiels avec le Sénégal, le Tchad et la Guinée, exonérant de droits de douane certains produits originaires des deux côtés. Le royaume chérifien a également des accords commerciaux bilatéraux établissant le statut de nation la plus favorisée (NPF) avec le Burkina Faso, le Cameroun, la République centrafricaine, la Côte d’Ivoire, la République démocratique du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Soudan ».

Cependant, rapporte le media, les retombées de ces partenariats ne sont pas à la hauteur des potentialités existantes :  « le niveau des échanges commerciaux du Maroc avec les pays d’Afrique ne dépasse pas 4% de l’ensemble des échanges » selon le CESE. D’ailleurs CESE et NMD relèvent la tendance vers la régionalisation des chaînes de valeurs, au vu de la  « dépendance « quasi-exclusive » des filières étrangères, privant ainsi les économies africaines d’une valorisation génératrice d’emplois localement, de valeur ajoutée et de transferts de technologie. De ce fait, le NMD rappelle que le Maroc dispose d’une position géostratégique et d’une connectivité de qualité, lui permettant de s’imposer comme un hub de référence multisectoriel au niveau régional, pour un grand nombre d’industries ».

ABC bourse rappelle que si en 1999 le Maroc ne disposait que d’une centaine de km d’autoroute, aujourd’hui ses « infrastructures de transport, de logistique et de connectivité en font l’un des leaders du continent »

ABC reprend une étude récente du géant américain Deloitte, intitulé « Le Maroc, de la résilience à l’émergence ? ». pour montrer qu’avec la crise Covid-19, « le Maroc a été en première ligne sur le sujet des partenariats sud-sud,comme en témoigne l’initiative de Mohammed VI avec les présidents sénégalais et ivoirien à travers la création d’un cadre opérationnel commun de gestion de la crise en Afrique », 

Le media rappelle dans ce sillage, « le sens de solidarité dont le Maroc a fait preuve avec les pays africains lors de la crise. En chiffres, le 14 juin 2020, le Maroc a commencé à envoyer  à destination d’une quinzaine de pays d’Afrique subsaharienne : pas moins de 8 millions de masques, 30 000 litres de gel hydroalcoolique, ainsi que 75 000 boîtes de chloroquine. L’aide marocaine inclut également 900 000 visières, 600 000 charlottes et 60 000 blouses destinées au personnel hospitalier, ainsi que 15 000 boîtes d’Azithromycine, antibiotique associé à la chloroquine ».

Le media conclut sur l’analyse des experts de Deloitte selon laquelle le Maroc peut prétendre au statut de de « nouvelle puissance économique régionale » en réussissant la réforme de la justice et de l’éducation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *