Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »

Avant le premier anniversaire du Hirak algérien, plusieurs milliers de personnes ont défilé vendredi dans la capitale pour demander la fin du « système » au pouvoir, lors de leur marche hebdomadaire. Le mouvement de protestation populaire inédit qui agite le pays cherche à imprimer une nouvelle dynamique dans son action.

Une dizaine de milliers de manifestants ont réclamé une fois encore un « Etat civil et non militaire », le slogan phare du « Hirak », et promis de « continuer jusqu’au changement » de régime, une semaine avant le premier anniversaire du Hirak qui a secoué une Algérie qui peine à se renouveler.

Né le 22 février pour s’opposer à la perspective d’un cinquième mandat du président Bouteflika, le « Hirak » a obtenu le 2 avril la démission du chef de l’Etat, alors au pouvoir depuis 20 ans. Depuis, il réclame en vain une véritable rupture avec le « système » politique en place depuis l’indépendance en 1962. Il conteste l’élection à la mi-décembre du nouveau président Abdelmadjid Tebboune, un ancien fidèle de M. Bouteflika.

Au moins un drapeau « amazigh » (berbère), banni par l’armée des cortèges, est réapparu vendredi dans les rues d’Alger, des policiers tentant en vain de l’arracher.

Comme chaque vendredi, le cortège brandissait les portraits d’opposants détenus pour faits en lien avec le « Hirak », notamment de Karim Tabbou, un figure du mouvement incarcéré depuis la fin septembre. Depuis le début de l’année, plusieurs dizaine de prisonniers poursuivis dans le cadre du « Hirak » ont retrouvé la liberté après avoir purgé leur peine ou avoir été relaxés. Mais une centaine reste en détention.

Vendredi, la foule a également rendu hommage au procureur adjoint du tribunal de Sidi M’Hamed (centre d’Alger), Mohamed Belhadi, muté cette semaine pour avoir requis la relaxe pour des manifestants du « Hirak » en réclamant, dans une récente vibrante plaidoirie, une « justice indépendante ».

« Non à la justice du téléphone ! », ont scandé les « hirakistes », en dénonçant une hiérarchie judiciaire aux ordres accusée d’obéir aux adjurations par téléphone du pouvoir exécutif. Les manifestants se sont dispersés dans le calme en fin d’après-midi, la police veillant à faire quitter rapidement les lieux aux derniers marcheurs. Comme chaque semaine, des marches similaires ont eu lieu dans plusieurs villes du pays, notamment à Oran, Bordj Bou Arreridj, Mostaganem, Mascara et dans la région berbérophone de Kabylie, selon les réseaux sociaux.

Sans structure formelle, le « Hirak » apparaît néanmoins divisé sur la marche à suivre à l’orée de sa 2ème année, notamment sur la pertinence et les modalités d’éventuelles discussions avec le pouvoir, mais aussi sur la forme que doit prendre à l’avenir la contestation. Cependant il est unanime sur la poursuite de la remise en cause du pouvoir établi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *