BAB Magazine publie un dossier sur les unités de maintien de l’ordre au Maroc

BAB Magazine, le mensuel intelligent de l’Agence marocaine de presse (MAP), vient de publier dans son 18ème numéro un grand dossier sur les missions et les contraintes des unités de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) chargées du maintien de l’ordre.

La publication jette la lumière sur l’apport de cette institution investie d’une mission fondamentale pour le maintien de l’ordre et la préservation de la sécurité des citoyens et de leurs biens.

Dans ce dossier, BAB Magazine propose des entretiens avec des cadres de la DGSN qui expliquent et analysent les différents défis auxquels sont confrontés les unités de cette institution dans l’accomplissement de leurs missions. Intitulé “Radioscopie du maintien de l’ordre”, le dossier souligne l’esprit évolutif de la DGSN qui a montré à travers son histoire qu’elle était toujours sensible aux mutations et aux besoins stratégiques du pays, mais aussi aux nécessités sécuritaires de proximité des citoyens.

Des défuntes Compagnies mobiles d’intervention, que la DGSN assume pleinement les dérapages, aux actuelles Unités de maintien de l’ordre, le Maroc aura réussi à construire un système sécuritaire basé sur de nouvelles valeurs, en phase avec ses choix démocratiques et ses orientations politiques et sociales, souligne la publication dans sa livraison de novembre.

Une crédibilité forgée au fil des décennies, dans la persévérance et le silence, qui refuse de courber l’échine aux stéréotypes, aux accusations pour la plupart infondées -l’institution ayant prouvé sa disposition à chaque fois d’assumer tous ses actes-, ainsi que les fake news véhiculées à son égard.

BAB Magazine souligne comment des idées reçues continuent de hanter certains esprits rigides sur des politiques sécuritaires révolues ayant laissé place à une institution réinventée et plus que jamais consciente des attentes et des aspirations de toutes les composantes de la Nation.

Recours aux armes, interventions musclées, unités mal encadrées, sureffectifs, nuisance à l’image du Maroc, BAB Magazine a posé toutes les questions pouvant paraître agaçantes, mais c’était sans compter sur l’ouverture d’esprit et la disposition à communiquer des responsables de la DGSN qui ont répondu par les chiffres et les faits à ces griefs. La publication montre aussi comment la DGSN s’attèle à traduire dans les faits son souci de concilier entre le devoir d’assurer l’ordre public et l’obligation du respect des libertés et des droits de l’Homme, un pari largement gagné de l’avis même d’observateurs internationaux et démontré par la manière avec laquelle les forces de l’ordre interviennent lors de centaines de rassemblements de foules chaque année.

A travers ce dossier, le 18ème numéro de BAB Magazine tente, par ailleurs, de comprendre comment la DGSN a opéré un changement radical en termes de communication, tous supports possibles confondus, y compris les réseaux sociaux, consciente en cela de la nécessité, qui n’a jamais été aussi pressante, de combattre les fake news, les stéréotypes et les accusations diffamatoires. Ce que l’on qualifie au sein de la Direction de syndrome du “scepticisme absolu”.

Passant au crible pratiquement toutes les missions et les unités de maintien de l’ordre, dont celle d’accompagnement psychologique des fonctionnaires de police, le magazine s’attarde largement sur le fonctionnement et sur la hiérarchisation organisationnelle et décisionnelle, construite autour d’un principe que la DGSN fait sien montrer la force et ne s’en servir qu’au minimum nécessaire. Le dossier relève, en sondant des experts et des spécialistes, que la bataille continue menée par le système de maintien de l’ordre contre la stigmatisation, tout en restant concentré sur sa mission principale : garantir la sécurité du Royaume et le faire dans le respect de la dignité et des droits de tout un chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *