Bénin : le rôle de la Fondation Mohammed VI des ouléma africains dans la promotion de l’Islam modéré dans le continent mis en exergue

Les participants à un colloque tenu, samedi au Bénin, ont salué l’action menée par la Fondation Mohammed VI des ouléma africains sur le continent africain.

Une action qui nécessite la conjugaison des efforts et le travail rigoureux pour surmonter les aspects de radicalisation et d’extrémisme et ce qui en découle de méconnaissance des préceptes religieux.

Dans une allocution prononcée à l’ouverture de ce colloque de deux jours organisé par la Fondation sous le thème « les constantes religieuses communes et leur impact sur la consécration de la tolérance et du juste-milieu », le ministre béninois de l’Eau et des Mines a rendu hommage à l’initiative du Roi Mohammed VI, portant création de cette Fondation dont on attend beaucoup dans différents pays africains, notamment sa section au Bénin, selon un communiqué de la section béninoise de la Fondation Mohammed VI des ouléma africains, relayé par la MAP.

De son côté, l’ambassadeur du Roi au Bénin, Rachid Erreguibi, a loué, dans une allocution à l’occasion, l’ouverture et la bonne interaction entre les religions qui prévalent au Bénin, se félicitant de ce que cela engendre en termes de possibilités d’action constructive et de coexistence sûre.

L’ambassadeur a mis en relief les objectifs de la Fondation et les attentes qui y sont placées pour rapprocher les points de vue et servir le véritable modèle de l’Islam, tout en diffusant l’esprit de fraternité qui ne peut que profiter aux deux pays.

Pour sa part, le professeur Aicha Rebaï, qui s’exprimait au nom de la Fondation, a souligné dans son discours que « les relations liant le Royaume du Maroc et le reste des pays africains sont mutuellement bénéfiques, sur la base du partage des éléments essentiels de l’identité religieuse incarnée par la doctrine achaârite, le rite malékite et le soufisme sunnite », faisant observer que tous les pays africains connaissent pertinemment les raisons ayant poussé leurs ancêtres à choisir ces éléments identitaires, partant de leur conviction qu’il s’agissait du meilleur choix pour promouvoir la paix et la sécurité.

Selon le communiqué, ce colloque vise à préserver les valeurs religieuses de tolérance qui contribuent à la cohésion de la société et sa protection des courants idéologiques et cultuels extrémistes, sur la base des constantes de l’Islam qui unissent les peuples musulmans d’Afrique et qui ont joué, au cours de l’histoire, un rôle capital dans la cohésion entre ses peuples issus de différentes religions, ethnies, langues et cultures.

Cette conférence est animée notamment par une importante délégation d’éminents ouléma marocains composée du professeur Driss Fassi Fihri, Vice-président de l’Université Al Qarawiyyin, Idriss Ben Daouiya, président du Conseil des ouléma de Larache et membre du Conseil supérieur des ouléma, et Naima Bennis, membre du Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des ouléma africains.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *