Blanchiment d’argent et financement du terrorisme : l’Algérie retirée de la liste noire de Gafi

Le groupe d’action financier (Gafi), organisme intergouvernemental chargé d’établir les normes internationales en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, a retiré l’Algérie de sa déclaration publique le 23 octobre 2015, à l’issue de sa réunion plénière à Paris, a rapporté dimanche le site algérien TSA (Tout Sur l’Algérie).

Appelée aussi la « liste noire », la déclaration publique du Gafi établit la liste des pays qui n’ont pas suffisamment progressé dans la lutte contre les carences de leur régime de lutte contre le blanchiment d’argent.

GAFI a reconnu des « progrès significatifs » de l’Algérie dans l’amélioration de son régime de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, selon TSA qui cite un communiqué de l’ambassade des États-Unis à Alger.

En mai dernier, le gouvernement saoudien avait accusé l’Algérie de ne pas respecter ses engagements vis-à-vis de Gafi. Le ministère saoudien des Affaires étrangères avait alors instruit les ministères de l’Industrie et du Commerce et le Conseil de la monnaie saoudienne leur demandant de faire preuve de « plus de vigilance » dans leurs transactions financières avec onze pays, dont l’Algérie, afin de « parer aux risques d’implication dans des affaires de blanchiment d’argent ou de financement du terrorisme », rappelle TSA.

Une sortie qualifiée par le ministère algérien des affaires étrangères de « tempête dans un verre d’eau sans fondement aucun ».

L’Algérie rejoint ainsi le Maroc qui avait été supprimé de cette liste en juin 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *