Câbles sous-marins : on en sait un peu plus sur le gigantesque projet maroco-britannique

La région de Guelmim Oued Noun, dotée d’un littoral proche des îles Canaries, disposera d’une centrale solaire et éolienne de 10,5 GW à la fin de 2029 selon des sources britanniques. Cet projet procurera de l’énergie au Royaume-Uni via un câble sous-marin qui longe les côtes de l’Espagne et du Portugal. Le plus gros câble sous-marin à l’échelle mondiale.

Il s’agit d’un projet énergétique Maroc-Royaume-Uni mené par le Britannique Xlinks, une entreprise qui cherche à fournir 8 % de l’énergie nécessaire au Royaume-Uni grâce à au gigontesque câble sous-marin. Plus précisément, quatre câbles haute tension de 1,8 GW. Ils seront les plus longs du monde et parcourront environ 3 800 kilomètres sous l’eau.

Les deux pays, surtout, connecteront leurs réseaux pour renforcer leur potentiel d’alimentation en électricité verte et organiser la transition énergétique. Le Maroc a fait de l’interconnexion des systèmes électriques l’un des piliers de sa stratégie vers une énergie décarbonée. De nombreux projets transfrontaliers existent déjà.

Selon les premières estimations, la centrale solaire et éolienne devrait faire environ 1 500 kilomètres carrés. 7 GW seront solaires et les 3,5 GW restants seront éoliens. La centrale sera connectée exclusivement au Royaume-Uni, bien que des batteries de 20 GWh / 5 GW soient installées au Maroc pour stocker l’énergie. Xlinks affirme que ce projet alimentera 7 millions de foyers britanniques d’ici 2030. Cela signifie fournir 8 % de l’énergie dont les Britanniques ont besoin.

Les câbles électriques sous-marins des projets visant à produire de l’électricité en mer sont une priorité pour le Maroc et ses partenaires. L’objectif étant de «rendre plus accessibles les sources renouvelable et durable d’énergie à un large pan d’individus, réduisant ainsi les coûts de l’électricité et assurant un système plus fiable», selon les premières révélations.

Plus de soleil qu’en Espagne et deux fois plus qu’au Royaume-Uni : C’est la raison pour laquelle Xlinks a jeté son dévolu sur le Maroc et pas ailleurs. Selon l’entreprise, le sud marocain a la troisième irradiation horizontale mondiale (IGH) la plus élevée d’Afrique du Nord.

Xlinks déboursera environ 20 000 millions d’euros dans la construction de ce projet. Cela prendra quelques années, le premier câble devrait être terminé d’ici 2027 et deux ans plus tard les trois autres.

Le câble sous-marin traverse les côtes du Maroc et longe tout le pays jusqu’à se rapprocher du nord au large des côtes de Huelva et du Portugal. De là, il borde tout le Portugal jusqu’à la Galice et toute la côte cantabrique de l’Espagne et même de l’Espagne. De là, il monte au Royaume-Uni. Un projet ambitieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *