Comment le régime algérien a utilisé le coronavirus pour mater la contestation populaire

Un soulèvement populaire a renversé le président déchu Abdelaziz Bouteflika et vilipendé les personnalités ténébreuses qui dirigeaient le régime – puis la pandémie a éclaté.

La menace du coronavirus décourage déjà les Algériens de descendre dans la rue pour protester contre un régime puissant en place depuis près de six décennies. Mais juste pour s’assurer que Farouk Kadiri ne puisse pas quitter sa maison pour participer aux manifestations hebdomadaires anti-gouvernementales, les autorités de sa ville ont trouvé une solution simple: elles postent deux policiers devant son domicile tous les vendredis après-midi.

« Ils arrivent vers 14 heures et restent jusqu’au coucher du soleil », a déclaré à The Independent Kadiri, un comptable de 32 ans dans la ville sud-algérienne d’El Oued. « C’est pendant la période des manifestations. »

Les forces de l’ordre omniprésentes de l’appareil militaire et de sécurité algérien ont également pris d’autres mesures pour le déséquilibrer. Ils l’ont renvoyé de son emploi et ont dit aux employeurs potentiels de sa ville de ne pas l’embaucher. Ils l’ont enfermé en prison pendant plusieurs mois pour de fausses accusations. Et ils exigent qu’il se présente chaque semaine pour des séances d’interrogatoire.

Ils ont exercé une pression similaire sur les dirigeants activistes dans tout le pays, exploitant une pandémie meurtrière qui a balayé le monde pour réimposer leur emprise sur la société et repoussé un mouvement de protestation national qui a renversé l’an dernier le président de longue date du pays et était, il y a des mois encore, menaçant le pouvoir de longue date des généraux et des clans ténébreux qui dirigent le pays riche en pétrole.

«Cette pandémie a été une bouée de sauvetage pour le régime», explique Arezki Daoud, éditeur et rédacteur en chef du North Africa Journal, qui couvre l’actualité en matière de sécurité dans toute la région. «Comment empêcheriez-vous des millions de personnes de descendre dans la rue? Une façon est la force, mais cela pourrait se retourner. Ensuite, vous avez cette chose qui vient du ciel. Quelle belle façon de dire aux gens: « Tu dois rentrer chez toi. »

Le soulèvement de l’Algérie l’année dernière, vaguement regroupé sous la bannière Hirak, ou «mouvement», a commencé en février 2019 et avait pris de l’ampleur depuis des mois, avec des centaines de milliers de personnes descendant dans les rues de la capitale, des grandes villes et des petites villes tous les vendredis. Il a attiré des avocats et des ouvriers, des femmes au foyer et des employés d’hôtel, des islamistes, des libéraux et des gauchistes. Elle était spontanée, dirigée par des élèves et des jeunes mais rejointe par leurs parents, qui amenaient parfois de jeunes enfants à des manifestations.

Tous en avaient assez de la corruption et de l’incompétence d’un régime algérien sclérosé qui supervise la nation de 42 millions d’habitants, le plus grand en Afrique en termes de masse terrestre et le deuxième en importance dans le monde arabe par la population. Composé des amis, des familles et des loyalistes des mêmes personnalités qui ont mené la guerre d’indépendance contre la France il y a six décennies, le régime a été accusé d’avoir volé les richesses en hydrocarbures du pays et mal géré les systèmes de santé, d’éducation et de transport du pays.

Des manifestations pacifiques parallèles ont également éclaté au Soudan, en Irak et au Liban. Tous sont des pays qui sont largement restés à l’écart des soulèvements du printemps arabe de 2011 qui continuent d’avoir des conséquences dans toute la région.

Stupéfaite par Hirak, la clique dirigeante algérienne a d’abord cherché à empêcher les manifestations hebdomadaires. Ça a échoué. Il a ensuite décidé de coopter ses objectifs. Après avoir expulsé le président de longue date Abdelaziz Bouteflika, il a annoncé de vagues mesures anti-corruption et de nouvelles élections.

L’opposition a boycotté avec colère le vote, remporté par l’ancien Premier ministre Abdelmadjid Tebboune. De nombreux Algériens ont réalisé que le véritable pouvoir restait entre les mains du chef d’état-major de l’armée Ahmed Gaid Salah.

Mais quelques jours après l’assermentation de Tebboune, le général rusé lui-même est décédé, donnant une nouvelle vie au mouvement de protestation juste au début de 2020. Des manifestations régulières se sont poursuivies jusqu’à la pandémie. En mars, les manifestants eux-mêmes – qui ont souvent fait preuve de responsabilité civique en nettoyant les rues après les manifestations – ont décidé que la santé des gens était plus importante que la politique.

Les forces de sécurité omniprésentes et omniprésentes de l’Algérie ont emménagé. La branche de la sécurité la plus tristement célèbre est le Département du renseignement et de la sécurité, connu sous son acronyme français, DRS. Elle reste profondément ancrée dans le pays, avec ses agents dans chaque institution nationale, provinciale et locale. Citant le coronavirus, les autorités ont déclaré l’interdiction de tous les rassemblements publics le 17 mars, puis le DRS s’est mis à lutter contre les opposants au gouvernement qu’il avait déjà identifiés.

«Le DRS est un État au sein d’un État», explique l’éditeur Daoud. « Vous n’avez aucune organisation algérienne qui n’est pas infiltrée par le DRS, que ce soit les aéroports, les administrations publiques, les entreprises publiques, les entreprises privées. Ces gars-là ont été très bien nourris. Ils sont fidèles à leur organisation. »

Rien qu’au mois de juin, au moins 31 militants ont été arrêtés, la plupart pour avoir publié des articles ou du contenu antigouvernementaux sur les réseaux sociaux, selon Shoaa, un groupe basé à Londres qui surveille les manifestations algériennes. Des journalistes critiques du gouvernement de Tebboune ont été arrêtés ou intimidés.

« La pandémie de coronavirus a été une aubaine pour le gouvernement algérien car elle a sapé le mouvement de protestation, et les autorités en ont profité pour restreindre radicalement la diffusion de nouvelles et d’informations », a déclaré Reporters sans frontières dans un communiqué.

Des militants sont chassés de la rue par des agents de sécurité en civil ou arrêtés à leur domicile et disparaissent pendant des jours. Cette semaine, les utilisateurs des médias sociaux ont fait connaître Abdullah Benaoum, un activiste politique emprisonné qui souffre d’une maladie cardiaque et risque de mourir.

«Malheureusement, le système essaie d’arrêter tout le peuple révolutionnaire, les journalistes et les militants des droits humains», explique Rachid Aouine, directeur de Shoaa. «Le régime essaie de retirer tous les militants et toutes les personnes qui manifestent de la scène.»

Parmi les pays qui ont connu des troubles politiques au Moyen-Orient, s’est avéré le plus apte à utiliser la maladie pour écraser la dissidence. «C’est le pays du Moyen-Orient où le coronavirus a été le plus exploité par le gouvernement pour stopper un mouvement de protestation dynamique et pacifique», explique Eric Goldstein, chercheur en Afrique du Nord à Human Rights Watch.

«Ils ont arrêté des dirigeants des manifestations et arrêté des personnes qui ont mis leurs manifestations en ligne en surveillant leurs pages Facebook», dit-il.

Kadiri, qui s’était prononcé contre le régime à la télévision et sur Facebook, a été détenu pendant quatre mois avant d’être finalement libéré en février. Le père de deux garçons a été détenu dans une cellule sale, mais n’a jamais été physiquement maltraité. Les charges retenues contre lui comprenaient l’incitation à un rassemblement illégal et la dénonciation de l’armée, une institution qui reste vierge et honorable aux yeux de nombreux Algériens.

«Ils m’ont traité comme si j’étais un terroriste», dit-il. «Mais en fait, je ne faisais que défendre mes droits et dire la vérité.»

Nor el Houda Oggadi, un étudiant universitaire de 25 ans dans la ville de Tlemcen, au nord-ouest de l’Algérie, a été arrêté en janvier et a passé près de sept semaines en prison. Les accusations étaient du type des régimes arabes généralement portés contre les dissidents: insulte au régime, incitation à des rassemblements illégaux et affaiblissement du moral des forces armées. La prison était rude.

«C’était vraiment difficile parce que c’était l’hiver», se souvient-elle, lors d’un entretien téléphonique avec The Independent. «Il n’y avait ni chauffage ni nourriture saine.»

Elle a émergé en février et a immédiatement rejoint les manifestations jusqu’à ce qu’elles s’arrêtent.

Certains militants disent que les manifestations étaient déjà en train de disparaître avant l’arrivée du coronavirus, alors que les manifestants commençaient à se lasser d’une année d’action politique et d’organisation continue. «On ne peut nier que la pandémie a ralenti les manifestations à travers le pays», explique un militant à Alger, qui a demandé à rester anonyme. «Les gens n’aiment pas le dire, mais le mouvement était en danger bien avant la pandémie. Les manifestations de décembre n’étaient pas des manifestations de juin, par exemple. »

Le régime algérien a ses partisans. Ils faisaient partie de ceux qui ont insisté pour participer aux élections de décembre auxquelles le gouvernement insiste pour que 40 pour cent y participent, alors que certaines provinces ont signalé une participation inférieure à 1 pour cent et aucun observateur indépendant n’était autorisé. Ils accusent les manifestants d’être des dupes étrangers et disent craindre que le pays ne sombre dans le chaos comme il l’a fait à la fin des années 80 et 90, lorsqu’une vague d’opposition politique a conduit à une guerre civile vicieuse.

Mais en signe de faiblesse du régime, il aurait sous-traité les tentatives de rassemblement de soutien en payant des armées de trolls.

«C’est un régime qui utilise des outils à l’ancienne», explique Daoud. «Ils commencent tout juste à comprendre que la façon dont vous réprimez maintenant n’est pas la façon dont vous avez réprimé dans les années 1970. Ils n’ont pas de machine de relations publiques ni de porte-parole intelligents. Ils ne comprennent pas l’opposition. « 

Beaucoup dans le mouvement se disent confiants que le mouvement reprendra son rythme une fois que les craintes de coronavirus se dissiperont, en particulier compte tenu de la gestion bâclée du régime de la pandémie. Au moins 1 000 personnes sont mortes de Covid-19 et près de 20 000 personnes ont été infectées, ce qui en fait le pays le plus touché d’Afrique du Nord.

«Les gens espèrent revenir dans la rue», explique le militant étudiant Oggadi. « Rien n’a changé. Le gouvernement ne peut pas faire face à la pandémie et il ne peut pas subvenir aux besoins de la population. »

Daoud dit que le régime reste mal divisé, avec des cliques et des généraux puissants utilisant des moyens légaux et extra-légaux pour se poursuivre les uns contre les autres autant que les manifestants. Des hauts fonctionnaires sont régulièrement assassinés dans des procès pour corruption, provoquant des représailles de la part des loyalistes d’autres factions. Tebboune, dit-il, reste un réformiste et cherche la réconciliation, tandis que les extrémistes s’opposent à lui et tentent de saper ses modestes tentatives d’apporter des changements.

Tout cela crée une ouverture pour le retour de Hirak. «Le mouvement reviendra une fois le problème du virus terminé», dit-il. «Cela prendra un peu de temps mais ça reviendra. Hirak était une explosion spontanée. Il est si répandu qu’ils ne peuvent pas le contrôler. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *