Des fossiles de dents de macaque d’il y a 2,5 millions d’années trouvés au Maroc

Des chercheurs de l’Institut catalan de paléontologie Miquel Crusafont (ICP), de l’Institut de paléoécologie humaine et d’évolution sociale (IPHES) et de l’université de Rovira i Virgili, située dans les villes catalanes de Tarragone et Reus, en Espagne (URV) ont trouvé au Maroc six dents de macaque d’il y a 2,5 millions d’années qui enrichissent les archives fossiles.

Immense découverte. Comme l’ont expliqué les chercheurs, la présence de macaques en Afrique du Nord remonte au Miocène supérieur, avec un âge d’environ 6 à 7 millions d’années.

Peu de temps après, il y a environ 5,5 millions d’années, les premiers représentants sont apparus en Europe (Espagne et Italie), où ils ont émigré pendant la crise de salinité messinienne.

Vestiges sur le site de Guefaït

Aujourd’hui, cette recherche, publiée dans le Journal of Human Evolution et menée par des chercheurs catalans en collaboration avec l’Université Mohammed I d’Oujda et l’Institut national des sciences d’archéologie et du patrimoine (INSAP), a décrit de nouveaux restes fossiles de macaques du site de Guefaït dans le nord-est du Maroc.

Il existe six dents cercopitécides datant d’il y a 2,5 millions d’années avec une morphologie qui leur a permis d’être classées dans le genre Macaca.

Sur la base de la taille des dents, les chercheurs estiment que ces macaques pesaient environ 12 kilos et que la taille et la morphologie des dents sont compatibles avec celles des espèces nord-africaines actuelles (le macaque de Barbarie, Macaca sylvanus).

Les données moléculaires indiquent que Macaca sylvanus a divergé plus tôt que le reste des macaques actuels vivant en Asie.

En Afrique les 5 derniers millions d’années

Les dents de Guefaït ressemblent plus à celles de la sous-espèce africaine actuelle qu’aux formes fossiles de l’Europe, il est donc possible, selon les paléontologues, que l’espèce ait été présente de manière ininterrompue au cours des 5 derniers millions d’années en Afrique, bien qu’il y ait un écart dans le registre fossile entre 2,5 et 0,2 millions d’années, ce qui contraste avec le record plus continu observé en Europe.

Les études futures devraient clarifier si cette absence est due à une extinction locale de cette espèce en Afrique ou s’il s’agit simplement d’un problème d’échantillonnage.

Les restes de macaques qui ont été analysés font désormais partie de l’ensemble des fossiles récupérés lors de plusieurs campagnes de fouilles réalisées en 2018 et 2019, dans le cadre d’un projet interdisciplinaire de collaboration hispano-marocaine.

Ils y ont trouvé plus de 3200 restes de vertébrés (amphibiens, reptiles et petits et grands mammifères, tels que les éléphants, les rhinocéros et les hippopotames, entre autres) du début du Pléistocène inférieur, avec un âge proche de 2,5 millions d’années.

Les macaques (genre Macaca) sont un groupe de singes de l’Ancien Monde (cercopithécoïdes) de la tribu des papionines, qui comprend également des mangabeys, des babouins, des mandrills et des teropithèques ou geladas.

23 espèces de macaques en Afrique et en Asie

Avec les humains, les macaques sont les primates les plus largement distribués au monde, puisque 23 espèces actuelles sont connues, réparties dans toute l’Afrique et l’Asie.

En Europe, leur présence est limitée aux macaques anecdotiques de Gibraltar, qui sont le résultat d’introductions par l’homme de spécimens de macaque de Barbarie (Macaca sylvanus).

Cette espèce se trouve actuellement à l’état sauvage en Afrique du Nord, contrairement au reste des espèces du genre, qui sont asiatiques.

Dans le passé, cependant, grâce aux archives fossiles, on sait que cette espèce était distribuée, en plus de l’Afrique du Nord, dans une grande partie de l’Europe.

En Catalogne, des vestiges datant d’environ un million d’années ont été décrits, provenant entre autres des gisements de Cal Guardiola et Vallparadís (Terrassa) et d’Incarcal (Pla de l’Estany).

Les paléontologues pensent que tous les macaques fossiles d’Europe depuis le Pliocène inférieur appartiennent à cette espèce, à l’exception des espèces insulaires éteintes de la Sardaigne (Macaca majori) et des vestiges les plus anciens du Miocène terminal (il y a un peu plus de 5 millions d’années), qui n’ont pas été attribué à n’importe quelle espèce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *