‘’Femmes écrites’’, un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones

 Il suffit d’un nom pour apprendre : la seule poétesse arabe et africaine à posséder l’art de combiner les mots, les rythmes et en faire des œuvres littéraires imposantes en trois langues (arabe, français et anglais), s’appelle Houda El Fchtali..

Il suffit d’un mot pour comprendre : le silence encore et toujours reste son bruit préféré. Si bien qu’elle affirme dans plusieurs de ses poèmes, que seul le silence lui permet d’apprécier l’instant présent et permet à la réalité perdue de s’éveiller en elle. Cette réalité qui fait qu’elle n’a aucune ambition à part ses devoirs à l’égard des artistes du mot. « Grimper la hiérarchie, ce n’est pas moi. Seule ambition, le respect de moi-même et le combat poétique qui consiste à combiner des mots pour faire un poème ; à les agencer pour inciter à rêver, pour dire mes sentiments, mes angoisses, mes pensées, mes préoccupations ».

Il suffit enfin d’une expression pour résumer son champ de compétences : l’action doit s’inscrire toujours dans l’universel et dépasse les frontières de race, de religion et de sexe. La poésie est le chemin le plus court pour exprimer et ressentir toutes les émotions. Car, oui, des émotions elle en ressent. Elle a côtoyé fréquemment diverses formes d’arrogances, d’injustice et d’hypocrisie envers la femme. Et un jour, elle en a eu assez.

Elle décida de répondre intelligemment par ‘’Femmes écrites’’, un recueil édité tout récemment par la maison belge ‘’Samsa’’. Il englobe Eve dans toute sa grandeur : femme chagrin, femme poésie, femme corps, femme rêve, femme destin, mais aussi femme bafouée, objet de désirs et de convoitises.

C’est un regard drolatique, dramatique, absurde, épique, ethnologique, mais certainement pas académique, que jette la poétesse sur la femme, thème central de son recueil, aujourd’hui en kiosques au Maroc, en France et dans plusieurs pays francophones . Elle livre un état de lieux porté sur une spiritualité mélancolique et joyeuse à la fois, une exploration profonde de cette intériorité qui fait que le recueil est un ravissement de l’âme où chacun peut se retrouver avec des thèmes récurrents : la mélancolie, la solitude, le silence, la déréliction, le voyage, le rêve, le désir, la séduction et l’espoir.

Houda El Fchtali est, rappelle-t-on, présidente du Forum de poésie ‘’Erato’’ de l’art et de la cuture au Maroc et déléguée au Maroc d’‘’Afropoésie’’ (poésie à l’africaine).

Membre du syndicat d’artistes créateurs marocains, elle a contribué à la création de quatre anthologies internationales de poésie et d’un recueil collectif sur l’Union maghrébine. Elle est également l’auteure de trois recueils de poésie en anglais et d’un nombre similaire en français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *