Google conteste une amende de 4,3 milliards devant la justice européenne

L’Union européenne reproche au géant américain d’avoir abusé de la position dominante de son système d’exploitation pour smartphone.

Google s’est défendu lundi de toute pratique anticoncurrentielle lors d’une première audience au tribunal de l’Union européenne à Luxembourg, devant lequel il conteste une amende de 4,3 milliards d’euros infligée par Bruxelles pour son système d’exploitation Android.

Chaque mercredi, recevez le meilleur de l’actualité des nouvelles technologies, des tests produits, nos conseils pratiques et la vie des start-up.

L’UE reproche au géant américain de l’internet d’avoir abusé de la position dominante de son système d’exploitation pour téléphones mobiles afin d’asseoir la suprématie de son moteur de recherche et de son navigateur Chrome. Le groupe de Mountain View (Californie) juge l’accusation infondée et réclame l’annulation de l’amende décidée en 2018.

L’affaire constitue un test majeur pour la commissaire à la Concurrence de l’UE, Margrethe Vestager, qui a déjà subi l’an dernier un échec retentissant devant la justice européenne face à Apple dont elle dénonçait les avantages fiscaux en Irlande.

Android utilisé sur 80 % des mobiles

«Android est en vérité une histoire de réussite exceptionnelle du pouvoir de la concurrence en action», a déclaré l’avocat de Google, Meredith Pickford, devant les juges. Le groupe estime que l’UE a ignoré à tort le concurrent Apple, qui privilégie sur ses iPhones ses propres services, comme le navigateur Safari. «Nous allons expliquer que (…) la commission a fermé les yeux sur la véritable dynamique concurrentielle de ce secteur, celle qui oppose Apple et Android», a expliqué l’avocat. Il a affirmé que le téléchargement d’applications concurrentes était accessible d’un simple clic et que les clients n’étaient en aucun cas contraints d’utiliser les produits de Google sur Android.

Bruxelles reproche au géant américain d’avoir utilisé des clauses dans ses contrats avec des fabricants de téléphones et de tablettes pour éliminer des concurrents, à l’époque des débuts d’Android, désormais utilisé sur 80 % des appareils mobile dans le monde. Le groupe aurait forcé ces fabricants à pré-installer notamment le moteur de recherche Google et le navigateur Chrome. Cela a été fait «à un moment critique du développement de l’informatique mobile, lorsque le marché était encore contestable», a déclaré Thomas Vinje, l’avocat de FairSearch, un groupement d’entreprises concurrentes incluant Microsoft et Oracle, dont une plainte a lancé l’affaire en 2015.

La procédure de Bruxelles au sujet d’Android était la troisième engagée contre Google par Mme Vestager. Mais le groupe est aussi confronté à une avalanche d’affaires aux États-Unis et en Asie pour des accusations similaires.

L’UE est par ailleurs en train d’élaborer une nouvelle législation pour mettre fin aux dérives des géants du numérique, après avoir constaté que les procédures en justice s’avèrent finalement trop lentes face aux évolutions du marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *