La coupole Zevaco ou la lente agonie d’un symbole

Un certain nombre d’habitants de Casablanca se sont enquis auprès des autorités responsables des raisons de l’échec de la réhabilitation de la coupole Zevaco au centre de la capitale économique, transformée en une grande toilette publique.


Annoncé en 2016 par la commune urbaine de Casablanca, le projet de la rénovation de la coupole Zevaco dont le coût global avoisine les 14 millions de dirhams, « est majoritairement financé par le groupe koweïtien Al Ajial Holding, qui contribue à cette réhabilitation à hauteur de 11,5 millions de dirhams ». Sauf que ce monument est devenu un refuge pour les sans-abri, un grand dépotoir et un lieu d’aisance pour certains passant, à la lumière de la crise des toilettes publiques dans la ville.

Les habitants ont exigé, dans leurs témoignages à Barlamane.com, de reprendre les travaux de la restauration de la coupole qui se sont arrêtés sans aucune justification, dénonçant le silence et l’inertie du conseil municipal dirigé par le PJD, et considérant ce monument comme faisant partie de leur histoire et de leur identité.

 » La mise en œuvre de ce projet devrait inclure la réhabilitation de la coupole et rendre ses couleurs au passage souterrain, qui abritera des activités commerciales et culturelles avec pour objectif la préservation de la dimension populaire de Casablanca, afin de permettre aux habitants de se réapproprier leur patrimoine tout en mettant en avant le caractère moderne et en mouvement de la capitale économique » avaient déclaré les autorités, des annonces non suivies d’effets

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *