La FAO met en garde contre l’invasion des criquets migrateurs

L’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a mis en garde contre l’invasion des criquets migrateurs qui menacent la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de millions de personnes au Botswana, en Namibie, en Zambie et au Zimbabwe, en dépit des mesures déjà prises pour lutter contre eux.

Environ 7 millions de personnes dans les quatre pays touchés, qui se remettent toujours de l’impact de la sécheresse de 2019 et sont aux prises avec les effets économiques de la pandémie de Covid-19, pourraient connaître une insécurité alimentaire et nutritionnelle accrue, a averti l’ONU.

Selon Patrice Talla, Coordonnateur sous-régional de la FAO pour l’Afrique australe, cité dans un communiqué, «même avec les mesures de lutte déjà prises, les criquets sont toujours une menace. Certaines des zones les plus touchées sont très difficiles à atteindre. Nous devons soutenir les quatre gouvernements, la SADC et les organisations partenaires comme IRLCO-CSA pour lutter contre ce ravageur et protéger les moyens de subsistance des populations ».

Les flambées de criquets en Afrique australe sont distinctes de l’urgence acridienne en Afrique de l’Est. Les criquets font partie des ravageurs les plus destructeurs au monde. Un essaim peut contenir des dizaines de millions d’insectes. Un seul essaim peut manger autant en une journée que 2.500 personnes, démolissant les cultures et les pâturages du bétail en quelques heures.

A noter que la FAO collabore avec la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et l’Organisation internationale de lutte antiacridienne pour l’Afrique centrale et australe (IRLCO-CSA) pour aider les gouvernements des pays touchés à lutter contre les criquets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *