La rue réclame le retour de l’armée algérienne, cet État dans l’État, dans les casernes

Alors qu’un nouveau gouvernement se débat avec des caisses vides et des rues en colère, l’armée, qui occupe une place singulièrement considérable – souvent qualifiée d’hégémonique – dans l’appareil d’État algérien, est largement contestée par la rue.

C’est comme si le défunt Ahmed Gaïd Salah, puissant chef d’état-major de l’armée algérienne, pilier du régime depuis 1962, qui dirigeait le pays en coulisses jusqu’à sa mort était encore présent. Une semaine à peine après la disparition de l’influent général, un autre septuagénaire en uniforme vert sous un chapeau en pointe brocardé a harangué une salle remplie de militaires (tous habillés de la même façon). L’armée, a déclaré le général Saïd Chanegriha, qui occupe désormais la haute hiérarchie de l’armée, doit faire face à une «sérieuse conspiration contre la stabilité». Personne ne doutait qu’il faisait référence au mouvement de protestation connu sous le nom de Hirak qui a secoué l’Algérie depuis février dernier. En avril dernier, la contestation populaire a renversé le dirigeant de longue date du pays, Abdelaziz Bouteflika, après 20 ans au pouvoir. Bien qu’un nouveau président, Abdelmadjid Tebboune ait été élu début décembre, le nouveau chef de l’armée en charge a déclaré que le risque de chaos était trop grand pour que l’armée retourne aux casernes.

L’Algérie a bénéficié quelques mois d’un État civil après l’indépendance en 1962. Mais les généraux ont depuis dominé sans partage. Leur emprise est contestée. Ce qui a commencé comme une protestation contre des politiciens corrompus a excité les généraux. Ceux ayant salué l’armée lorsque celle-ci a évincé un Bouteflika malade en avril marchent désormais tous les vendredis contre l’hégémonie de l’État militaire. Ils persiflent «l’isaba», ou la bande des plus hauts gradés. L’armée a tenté de calmer les manifestants en emprisonnant deux anciens premiers ministres, plusieurs chefs de la sécurité et de nombreux hommes d’affaires de haut niveau. Mais le mouvement de contestation a ​​dénoncé ces procédures hâtives comme des procès-spectacles. Ils accusent également les généraux de sacrifier d’anciens inféodés par d’autres.

Le 12 décembre dernier, l’armée a organisé une élection présidentielle pour en finir avec l’ère de Bouteflika. Mais les cinq candidats qui se sont proposés étaient tous d’anciens apparatchiks triés sur le volet. La participation a été la plus faible jamais enregistrée. Le 28 décembre, le président Tebboune, 74 ans, a nommé un professeur d’université et ancien diplomate, Abdelaziz Djerad, comme Premier ministre. Jusqu’à présent, l’opposition a été exceptionnellement unie, les Berbères, les islamistes et les laïcs marchant tous ensemble.

La situation économique difficile du pays alimente la colère de la rue. Les fidèles de M. Bouteflika, dont son frère, Saïd, ont dilapidé les énormes richesses pétrolières du pays. Au cours des cinq dernières années, les réserves de change de quelque 200 milliards de dollars sont tombées à 30 milliards de dollars. Les exportations de pétrole et de gaz génèrent 95% des recettes en devises, mais elles sont en baisse. Les exportations de gaz sont inférieures de 20% à celles de l’an dernier. Le gouvernement a freiné les importations et réduit les dépenses de chantiers publics, y compris le logement social, un secteur subventionné qui a été crucial pour contenir la fronde populaire.

La récente campagne anti-corruption de l’armée a inquiété de nombreux hommes d’affaires. Des restaurants chics à Alger comme Le Tantra, où ministres et magnats prenaient leurs quartiers, sont vides. Pour ralentir la fuite des capitaux, les autorités ont intensifié les contrôles des personnes quittant l’aéroport principal d’Alger. Les négociations sur un éventuel prêt du FMI seraient en cours. Mais les coupes importantes dans les subventions publiques qui seront assurément réclamés pourraient déclencher une nouvelle vague de troubles. « Je prévois des manifestations très violentes si les subventions seront concernées par une quelconque décision », explique un diplomate à Alger. Les gouvernements européens craignent une nouvelle vague d’immigrants illégaux traversant la Méditerranée.

S’il veut perdurer sans que l’armée ne le soutienne, M. Tebboune a besoin d’un soutien populaire considérable. Il pourrait libérer les dirigeants de Hirak emprisonnés et demander leur appui pour ouvrir la voie à une véritable démocratie. Il pourrait transformer un système présidentiel en régime parlementaire, organiser des élections législatives anticipées et déléguer le pouvoir aux régions, en particulier en Kabyle, où prédominent les Berbères.

Mais l’armée le laisserait-elle faire ? Depuis l’indépendance, elle a contrecarré les avancées vers la démocratie. En 1991, il a annulé des élections libres après que les islamistes eurent gagné, déclenchant une guerre civile dans laquelle quelque 200 000 personnes sont mortes. L’armée, premier acquéreur d’armes en Afrique, est toujours très forte. Mais elle a besoin d’ennemis. Elle accuse le mouvement populaire de menacer l’unité nationale. Et elle dénonce la constitution le déploiement de forces étrangères, en particulier égyptiennes, en Libye à l’est. Dans les provinces, des voyous loués appelés beltajiya, armés de bâtons et de pierres, chassent les manifestants.

Les hauts gradés sont les protégés du défunt général Salah. Mais les officiers plus jeunes peuvent être moins enclins à faire de la politique. Jusqu’à présent, les généraux ont résisté à la tentation de tirer sur les manifestants. Le général Chanegriha est le premier commandant algérien à ne pas avoir été moudjahid (combattant) dans la guerre de libération anticoloniale. Le retour de l’armée algérienne dans les casernes serait une victoire d’un genre nouveau, dont les Algériens ont cruellement besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *