La sécheresse pourrait toucher deux fois plus de personnes d’ici la fin du 21e siècle

Le nombre de personnes exposées à une sécheresse extrême pourrait doubler d’ici la fin du 21e siècle, selon une étude internationale menée par la Michigan State University en collaboration avec la Vrije Universiteit Brussel (VUB).

L’étude a effectué des simulations qui cartographient l’impact du changement climatique sur la masse totale d’eau sur terre.

Le nouveau satellite GRACE, qui a été lancé il y a quelques années, a pu mesurer les changements dans le volume total d’eau en cartographiant les changements dans le champ gravitationnel de la Terre et ainsi été en mesure de fournir des données précieuses aux scientifiques.

« Les résultats montrent une forte réduction du stockage naturel de l’eau dans les deux tiers du monde, en particulier dans l’hémisphère sud. Ce déclin est en grande partie dû au changement climatique« , explique le climatologue de la VUB, Wim Thiery.

Le volume total d’eau, ou stockage terrestre de l’eau, est considéré comme l’accumulation d’eau dans la neige et la glace, les rivières, les lacs, les marais, le sol et les eaux souterraines.

Selon le scénario actuel, si la gestion de l’eau ne change pas, près de 500 millions de personnes supplémentaires seront confrontées à une sécheresse extrême d’ici la fin du 21e siècle. Ce qui mènera à de difficiles conditions d’accès à la nourriture, plus de migrations et plus de conflits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *