Le bilan de la pandémie dans le monde : plus de 3 031 000 morts

Depuis le début de la pandémie, 141 968 800 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 3 031 441 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi.

Depuis le début de la pandémie, 141 968 800 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués. La grande majorité des malades guérissent, mais une part encore mal évaluée conserve des symptômes pendant des semaines, voire des mois.  

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays et excluent les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques, comme en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.  

Sur la journée de lundi, 9389 nouveaux décès et 685 311 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont l’Inde avec 1761 nouveaux morts, le Brésil (1347) et la Pologne (601).  

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 567 729 décès pour 31 738 706 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.  

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 374 682 morts et 13 973 695 cas, le Mexique avec 212 466 morts (2 306 910 cas), l’Inde avec 180 530 morts (15 321 089 cas), et le Royaume-Uni avec 127 274 morts (4 390 783 cas).  

Parmi les pays les plus durement touchés, la République tchèque est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 267 décès pour 100 000 habitants, suivi par la Hongrie (263), la Bosnie (242), le Monténégro (229) et la Bulgarie (219).  

L’Europe totalisait mardi à 6h 1 029 223 décès pour 48 221 888 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 867 799 décès (27 315 128 cas), les États-Unis et le Canada 591 385 décès (32 865 885 cas), l’Asie 300 646 décès (21 751 346 cas), le Moyen-Orient 123 195 décès (7 334 306 cas), l’Afrique 118 164 décès (4 438 405 cas), et l’Océanie 1029 décès (41 842 cas).  

Depuis le début de la pandémie, le nombre de tests réalisés a fortement augmenté et les techniques de dépistage et de traçage se sont améliorées, entraînant une hausse des contaminations déclarées.  

Le point sur la pandémie dans le monde

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

Verdict en Europe sur le vaccin Johnson & Johnson

L’Agence européenne des médicaments (EMA) donne mardi après-midi son avis sur le vaccin Johnson & Johnson contre la Covid-19, dont l’utilisation est suspendue aux États-Unis et en Europe en raison de l’apparition rare de graves caillots sanguins.

Les autorités américaines ont rapporté six cas de femmes ayant présenté des caillots sanguins en association avec de bas niveaux de plaquettes, dont un cas mortel, dans les deux semaines suivant une injection de ce vaccin.

Vers un nouvel état d’urgence à Osaka

Le département d’Osaka dans l’ouest du Japon s’apprête à demander au gouvernement nippon la mise en place d’un nouvel état d’urgence face à l’augmentation rapide des cas de coronavirus, sept semaines seulement après la levée d’une mesure similaire sur son territoire.

Hong Kong : passagers positifs en provenance d’Inde

Au moins 53 passagers d’un vol reliant New Delhi à Hong Kong ont été déclarés positifs à la Covid-19, selon les autorités hongkongaises qui ont interdit lundi les vols en provenance de l’Inde, des Philippines et du Pakistan.

Ce chiffre est d’autant plus significatif que le nombre de cas de Covid-19 recensés chaque jour à Hong Kong n’avait plus dépassé la cinquantaine depuis janvier.

En Inde, frappée par une deuxième vague massive de l’épidémie, la vaccination sera ouverte à tous les adultes le 1er mai.

«Bulle» en Nouvelle-Zélande : un cas détecté

Un employé de l’aéroport d’Auckland a été déclaré positif au coronavirus mardi, au lendemain du lancement de la «bulle» de voyage avec l’Australie, permettant aux ressortissants des deux pays de voyager sans quarantaine.

La première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a indiqué que cela ne devrait pas avoir d’impact sur cette «bulle», les deux pays «ayant accepté qu’il y ait des cas».

Fragile décrue des contaminations en France

«Une décroissance de l’épidémie» semble se dessiner en France, avec 33 000 nouveaux cas par jour en moyenne, mais la situation «reste fragile», a affirmé le ministre de la santé, Olivier Véran, envisageant un allègement des restrictions à partir de la mi-mai, peut-être «territoire par territoire».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *