Le Maroc projette de créer sa propre station spatiale

Rabat est déterminé à renforcer ses relations avec le Groupe arabe de coopération spatiale dirigé par le gouvernement des Émirats arabes unis.

La Maroc veut se faire une place près des étoiles. «Avec deux satellites d’observation en service dédiés à fournir des images d’intérêt pour la défense et la sécurité du pays du Maghreb et à soutenir son développement économique et social, le Maroc cherche à améliorer ses capacités spatiales en s’inspirant de l’expérience émiratie» rapporte le site Atalayar.

Une délégation officielle marocaine vient de conclure une visite à l’Union des Emirats arabes unis pour approfondir les relations en matière spatiale entre les deux pays et accroître la coopération dans les domaines d’intérêt bilatéraux, que que le site décrit comme solides, citant le professeur Ibrahim al-Qasim, conseiller scientifique de l’Agence spatiale des Emirats.

Les deux satellites espions du Maroc ont la capacité d’observer de jour comme de nuit et servent également le développement socio-économique du pays. La représentation marocaine qui s’est rendue dans le pays du Golfe a été présidée par le professeur Driss El-Hadani, directeur général du Centre royal de télédétection spatiale (CRTS), l’institution officielle basée à Rabat qui fait office d’agence spatiale du Maroc, laquelle représente le pays. dans tous les forums internationaux.

Organisme public créé en décembre 1989, parmi les missions du CRTS figure la coordination du programme national de télédétection en collaboration avec d’autres départements ministériels, agences gouvernementales, opérateurs privés et universités marocaines.

«Avec plus de 30 ans d’expérience dans les techniques de télédétection et les technologies spatiales, le professeur Driss El-Hadani s’est rendu à Abou Dhabi pour rencontrer les PDG du Centre spatial Mohammed bin Rashid, également connu sous son acronyme MBRSC Yousuf Hamad al-Shaibani, et celui de l’Agence spatiale aux Emirats, Mohamed Nasser al-Ahbabi, pour s’enquérir du fonctionnement des deux institutions et juger les voies possibles pour créer un modèle similaire qui permette la création de l’Agence spatiale marocaine» rapporte la même source.

Driss El-Hadani a également cherché à lancer de nouveaux ponts pour étendre la collaboration industrielle, scientifique et technique que le Maroc a nouée avec les Emirats, et a reçu des éclaircissements sur l’état des satellites d’observation DubaiSat-1 et 2, KhalifaSat, du programme martien Al-Amal.

Les satellites Mohammed VI-A et Mohammed VI-B ont été lancés dans l’espace depuis la base spatiale européenne en Guyane française respectivement en novembre 2017 et 2018. Le chef de la politique spatiale marocaine a profité de son séjour à Abou Dhabi pour ratifier la Charte fondamentale du Groupe arabe pour la coopération spatiale, une organisation régionale informelle créée en novembre 2019 sous l’impulsion de Cheikh Mohamed bin Rashid al- Maktoum, vice-président et premier ministre des Émirats et souverain de Dubaï.

Composé de 14 États membres sous la présidence de l’Agence spatiale des Emirats, le Groupe arabe pour la coopération spatiale a pour objectif de promouvoir et de coordonner la coopération dans le secteur spatial entre l’Arabie saoudite, l’Algérie, Bahreïn, l’Egypte, l’Irak, la Jordanie, le Koweït, le Liban, le Maroc, la Mauritanie, Oman, le Soudan et le Tunisie à travers l’échange de techniciens, d’expériences et d’informations.

Elle entend également promouvoir la recherche et l’innovation scientifiques, harmoniser les lois et règlements sur les communications par satellite entre ses autorités, lancer des initiatives communes et adopter une position unifiée et

Elle vise également à promouvoir la recherche scientifique et l’innovation, à harmoniser les lois et règlements sur les communications par satellite entre ses autorités, à lancer des initiatives conjointes et à adopter une position unifiée dans les forums régionaux et internationaux.

«Le Maroc dispose de deux satellites espions électro-optiques en orbite à 620 kilomètres au-dessus du sol, dédiés en priorité à la surveillance et au contrôle de ses frontières avec l’Espagne, l’Algérie et les murs qu’il a érigés dans le désert du Sahara pour isoler le Front Polisario . Nommés Mohammed VI-A et Mohammed VI-B, ils ont été fabriqués par l’industrie française et lancés dans l’espace en novembre 2017 et 2018, respectivement» note-t-on.

«Conscient de l’évolution géostratégique que traverse le monde, le Maroc aspire à réorganiser son secteur spatial et à faire un saut qualitatif dans la structure actuelle de ses institutions liées à l’espace. Sur un horizon qui n’a pas encore été défini, le royaume veut créer une agence spatiale marocaine, pour laquelle il jouira du soutien de la France, avec laquelle il entretient des relations politiques, économiques et industrielles privilégiées, tout en profitant des avancées émiraties dans ce domaine» a-t-on conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *