Le politologue espagnol Pedro Altamirano critique Pedro Sanchez et compare ses politiques à celles du dictateur Franco

Au lieu d’enquêter sur l’entrée d’un criminel sur son territoire sous une fausse identité, le Parlement européen a accusé, le 10 juin 2021, le Maroc d’avoir prétendument orchestré l’assaut massif à Sebta, et en particulier, selon son communiqué, d’avoir utilisé des mineurs pour exercer une pression politique sur l’Espagne, à la suite d’un désaccord en matière de politique extérieure, tout en exigeant des fonds d’urgence pour venir en aide à la ville autonome de Sebta.

Le Maroc avait, auparavant, critiqué le gouvernement de Pedro Sanchez pour avoir européaniser la crise politique et diplomatique entre les deux royaumes et souligné que l’Espagne évite d’aborder l’origine principale de la crise, qui est l’entrée d’un criminel ayant commis des crimes contre l’humanité, sans en avoir préalablement mis au courant son partenaire principal en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme et le crime organisé. 

Le politologue espagnol Pedro Altamirano a vivement critiqué le gouvernement de Pedro Sanchez pour avoir instrumentalisé la question des enfants mineurs afin d’attaquer le Maroc au sein de l’UE: « ce qui s’est passé aujourd’hui au parlement européen est précisément une instrumentalisation, de la part de Mr. Sanchez, des mineurs marocains dans l’intention de tirer des profits politiques », en ajoutant : « l’Espagne est aujourd’hui confrontée au pire gouvernement de son histoire et ce que Sanchez a fait aujourd’hui à Bruxelles est une instrumentalisation des mineurs en vue de couvrir son échec politique interne. La politique désastreuse adoptée par Pedro Sanchez, qui mène l’Espagne vers le chaos, sur les plans économique, social, éducatif et sanitaire, est influencée, sans aucun doute, par « podemos » et les régimes totalitaires du Venezuela et de l’Algérie.

Le politicien andalous a souligné, dans une vidéo diffusée, sur sa page officielle, que : »le seul grand moyen dont dispose Sanchez est d’utiliser cette crise avec le Maroc pour distraire, et détourner l’attention de la société espagnole, au lieu de s’occuper des problèmes internes. Il s’agit de la même stratégie que le général Franco avait adoptée, exactement la même, distraire la société espagnole avec des problèmes externes pour ne pas avoir à résoudre les internes. Cette fois-ci c’est au tour du Royaume du Maroc, ce voisin avec lequel nous devons toujours nous entendre. Une autre erreur désastreuse que Sanchez payera lors des prochaines élections ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *