Nigeria: 33 enfants sont morts dans un camp du Nord-Est en quinze jours

Trente-trois enfants sont morts en deux semaines dans un camp du nord-est du Nigeria abritant des personnes chassées de chez elles par l’insurrection du groupe islamiste Boko Haram, a indiqué vendredi Médecins sans Frontières (MSF).

Suite aux soulèvements de l’organisation terroriste Boko Haram, plusieurs milliers de personnes ont été amenées à quitter leurs villages pour rejoindre des camps de Médecins sans frontières. Entre les 2 et 15 août, 33 enfants ont perdu la vie dans ses camps.

L’ONG a précisé dans son communiqué avoir mis en place une aide d’urgence pour les déplacés de ce camp, situé à Bama, autrefois deuxième ville de l’Etat de Borno, devenue un centre humanitaire.

« Beaucoup d’enfants sont dans un état critique quand ils arrivent, et leur condition empire dans le camp, par manque d’assistance et de soins« , explique MSF. « Ils meurent de malnutrition« , a précisé Lisa Veran, porte-parole de MSF à Paris.

Depuis avril 2018, plus de 10.000 personnes sont arrivées à Bama, indique l’ONG. « L’aide fournie n’a pas suivi l’augmentation du nombre des déplacés qui continuent d’arriver chaque jour. Le camp, conçu pour un maximum de 25.000 personnes, a atteint sa capacité maximale à la fin du mois de juillet« , a-telle souligné.

En juin, le président nigérian Muhammadu Buhari, qui est candidat à sa réélection en 2019, avait affirmé que le Nord-Est reculé était dans une « phase de stabilisation post-conflit« . Hors, cette récente recrudescence des attaques a mis en évidence la détérioration de la sécurité dans cette région. Des soldats se sont récemment mutinés pour protester contre un ordre de redéploiement dans une zone contrôlée par Boko Haram, après une série d’attaques sanglantes du groupe contre des bases militaires ces derniers mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *