Nouvelle-Zélande : le tueur des mosquées plaide coupable

L’Australien accusé d’avoir tué 51 personnes en mars 2019 dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a surpris jeudi en plaidant coupable à tous les chefs d’accusation retenus à son encontre.

« Oui, coupable », a déclaré Brenton Tarrant depuis la prison d’Auckland, via une connexion vidéo avec la Haute cour de Christchurch. Il avait jusqu’à présent toujours nié les 51 accusations de meurtre, les 40 accusations de tentative de meurtre et une autre accusation d’acte terroriste.

Sans explication à ce stade, il a changé de position à l’issue d’une audience organisée à la hâte et tenue secrète pour le grand public par peur qu’il ne renonce au dernier moment. Le juge chargé du procès a précisé que l’accusé connaîtrait sa sentence ultérieurement, à une date non précisée.

La peine de mort n’existant pas en Nouvelle-Zélande, il pourrait passer le reste de son existence derrière les barreaux. Les accusations d’acte de terroriste et de meurtre sont passibles de la réclusion criminelle à perpétuité.

Brenton Tarrant, suprémaciste blanc autoproclamé, est accusé d’avoir perpétré en mars 2019 la plus grande tuerie de masse de l’histoire moderne de la Nouvelle-Zélande. Equipé d’un arsenal d’armes semi-automatiques, il a ouvert le feu successivement dans deux mosquées lors des prières du vendredi, tuant 51 personnes toutes musulmanes, dont des femmes et des enfants. Il a filmé et retransmis en direct sur Facebook les images du carnage.

Dans la foulée, le gouvernement a nettement durci la législation sur les armes à feu, interdisant les armes semi-automatiques de type militaire (MSSA) comme celles utilisées par l’auteur du massacre. Quelques mois plus tard, il allait plus loin pour assurer que seules les personnes « aptes » puissent posséder une arme à feu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *