Quand les journalistes deviennent la cible principale de l’armée israélienne

A l’heure où l’intifada des couteaux, menée par la jeunesse palestinienne, bat son plein, l’armée israélienne s’est visiblement tournée vers une nouvelle cible : les journalistes venus couvrir le conflit en Palestine. Même munis d’un casque sur la tête, d’un gilet pare-balle arborant le « sigle « Press » sur le dos et d’une caméra à la main,  ces reporters de guerre, qui ne font que leur travail, n’échappent pas à la répression quotidienne de la part des hommes du Tsahal, objets qu’ils sont d’agressions physiques et verbales, le plus souvent filmées par leurs collègues.

La vidéo la plus visionnée en ligne remonte au 4 octobre dernier, durant lequel, Hanna Mahameed, une journaliste de la chaîne Al Mayadeen a été blessée par une grenade, alors qu’elle couvrait le meurtre du jeune Fadi Alloun. Mais le cas de cette journaliste libanaise est loin d’être isolé, les vidéos, qui montrent la répression qui vise les correspondants, foisonnent sur le net.

Le 12 juin 2015: les forces israéliennes s’en prennent aux journalistes qui couvrent les manifestations dans le camp de Jalazoune, situé au nord de Ramallah
Une liberté d’expression mise en cause ?
Cette censure militaire imposée aux médias « a pour but de masquer les atrocités perpétrées par les autorités israéliennes à l’égard des palestiniens », souligne Abdel Nasser Najjar,membre du comité exécutif de la Fédération internationale des journalistes (FIJ). Un acte condamné par l’ensemble des ONG, y compris Amnesty International. « À plusieurs reprises, des journalistes couvrant des manifestations se sont plaints que les forces de sécurité les avaient agressés ou avaient endommagé leur matériel. Des agents des forces de sécurité ont par ailleurs harcelé et cherché à intimider des journalistes et des militants intervenant sur les réseaux sociaux, notamment en les convoquant à plusieurs reprises pour interrogatoire et parfois en les incarcérant pour leurs écrits », peut-on lire sur le rapport 2014/2015 de l’ONG.
 A quand la fin des l’hostilités à l’encontre des journalistes ?

 le 26 septembre 2015 : Deux journalistes de l’AFP agressés par des soldats israéliens dans la localitéde Beit Furik, près de Naplouse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *