Rabat : Le handicap au cœur du débat lors de la première conférence de la « Semaine de l’école inclusive »

«Handicaps, normes scolaires, normes sociales : regard historique sur l’éducation inclusive» tel a été le thème de la conférence d’ouverture tenue hier lundi 8 avril au Lycée André Malraux de Rabat, dans le cadre de la « Semaine de l’école inclusive ».


Cette première conférence a été animée par José Puig, inspecteur d’académie et inspecteur pédagogique régional, directeur de l’INSHEA, qui est revenu dans son intervention sur l’histoire des institutions et des pratiques sociales, tout en mettant l’accent sur certaines idées et notions relatives à la scolarisation des personnes en situation de handicap. 


« La société inclusive ne peut pas exister si l’école elle-même n’est pas inclusive » a-t-il insisté. Pour José Puig il s’agit d’une question qui concerne les systèmes éducatifs dans tous les pays, en évoquant la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, signée par tous les pays dont le Maroc et la France. 
D’après José Puig, le passage à l’école inclusive exige « la transformation du système scolaire d’exclusif à inclusif », dans le but également de construire une société inclusive qui permet à chaque individu de trouver sa place. 


Pour assurer cette transformation, José Puig a jugé nécessaire de mettre en place  un appareil de formation au profit des enseignants pour leur permettre de repérer les signes de handicap, et ce pour pouvoir alerter à leur tour les parents et les psychologues médecins. 

Notons que cette semaine de l’école inclusive est financée par les associations Français du Monde-adfe et CAPE, Collectif Autonome des parents d’élèves du Lycée Français International André Malraux de Rabat. Cet événement a pour objectif de sensibiliser autour du thème des handicaps et troubles de l’apprentissage. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *