Algérie : une image de plus en plus dégradée à l’étranger

Le rejet, mardi, par la justice britannique de la demande d’expulsion vers l’ Algérie,  formulée par le département de l’Intérieur, de six hommes soupçonnés d’être liés à Al-Qaïda, invoquant « le risque réel » que ces terroristes présumés soient torturés, reflète une image de plus en plus dégradante de ce pays à l’étranger, estime le site TSA.

Les juges de la Commission spéciale des recours en matière d’immigration (SIAC) ont notamment rejeté l’argument du département de l’Intérieur qui affirme avoir « obtenu des garanties décisives » de l’Algérie que ces hommes ne seraient pas torturés et fait valoir un accord signé entre Tony Blair et le président Bouteflika en 2006. Notant que Bouteflika est presque âgé de 80 ans et a été victime d’une attaque cérébrale, les juges ont néanmoins estimé qu’il existe un potentiel vide au niveau du pouvoir dans le pays qui pourrait saper l’efficacité des garanties apportées quant à la torture.

Dans les conclusions de la justice britannique, ce n’est pas tant le « risque réel » de torture en Algérie invoqué par les juges qui interpelle en premier, note TSA selon lequel, là où la décision de la justice britannique interpelle, par contre, est dans le fait qu’elle offre un nouvel aperçu du degré de dégradation de l’image de l’Algérie sur la scène internationale.

L’image projetée par l’Algérie et vue à travers le prisme de la justice britannique est celle d’un pays où ses institutions n’ont aucun poids, où la parole de l’Algérie ne vaut pas plus que celle de son Président et que ce dernier, de par son état de santé, n’est peut-être plus en mesure de tenir cette parole, poursuit la même source avant d’ajouter: L’image de l’Algérie est celle d’un pays où un « vide du pouvoir » ou power vacuum est possible, voire probable, où les garanties éventuellement apportées aujourd’hui ont de fortes chances de ne plus être valables le lendemain.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *