Sans bruit, le Maroc ralentit la progression du corona

Au Maroc, les multiples décisions prises par les pouvoirs publics ont montré leur efficacité. La progression de l’épidémie est lente, en comparaison avec d’autres pays. L’Etat d’urgence sanitaire répond à cette préoccupation des pouvoirs publics de ralentir l’expansion de l’épidémie qui, disons-le, a été importée de l’étranger. En suspendant également le transport en commun inter-villes, les pouvoirs publics comptent en plus enrayer le transfert de l’épidémie d’une région à une autre et donc circonscrire la maladie dans les foyers contaminés.

La stratégie du Royaume s’est au bout du compte révélée payante. Profitant de l’expérience de certains autres pays, le Maroc a dès le départ, pris option pour une stratégie anticipative, préventive  volontariste, car l’épidémie se répandait dans le monde, y compris dans notre voisinage immédiat, à un rythme amplificateur grave, qui n’accordait aucun délai de grâce aux pouvoirs publics. Il fallait absolument stopper le flux touristique en direction du Royaume, en suspendant les vols aériens à partir et en direction du Royaume, pour parer à la contamination du Royaume, quelles qu’en soient les conséquences, en termes de recettes touristiques, bien qu’elles soient importantes pour le développement du Royaume.

Aujourd’hui, le Maroc peut se targuer d’avoir pu freiner et ralentir la progression de l’épidémie, grâce à cette panoplie de mesures, car l’épidémie fait, malheureusement, des ravages déplorables dans des pays amis et voisins proches en Europe. Cette stratégie s’est révélée payante, sachant que nos infrastructures dans le secteur de la santé et nos moyens d’action, en personnel qualifié et en matériels, sont limités. Le Maroc ne peut que se réjouir de ces résultats. Encore faut-il que nos compatriotes, que les citoyens marocains se hissent au niveau de cette épreuve grave et difficile, accomplissent leur devoir, en se conformant strictement aux consignes préventives des pouvoirs publics.  

Sans bruit, sans micros ni caméras, SM le Roi a piloté avec persévérance et succès cette opération, dont le Maroc récolte aujourd’hui les fruits, avec peu de dégâts.

*Ecrivain et journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *