Semaine de la haute couture à Paris : défilé remarquable du Marocain Noureddine Amir

Le styliste et créateur marocain Nourredine Amir a présenté, lundi à Paris, un éblouissant défilé de mode dans le cadre de la semaine de la Haute Couture automne-hiver 2018-2019.

Nourredine Amir est  ainsi le premier marocain et africain à être invité par la Fédération française de la Haute Couture et de la Mode à ce rendez-vous incontournable de la couture française.

Après avoir marqué les esprits par les collections qu’il avait présentées en d’autres occasions, notamment lors de l’exposition le Maroc Contemporain, qu’avait abritée en 2015 l’Institut du Monde Arabe (IMA) à Paris ou de celle organisée en 2018 par la Fondation Yves Saint-Laurent à Marrakech, Nourredine Amir a encore une fois mis la barre très haute en étalant, à travers de sublimes créations, son génie et son savoir-faire hors de commun.

Dans une déclaration à la MAP, l’artiste et créateur marocain au talent incontestable s’est déclaré fier et honoré pour le choix qui a été porté sur lui pour participer à cette semaine très sélective de la Haute Couture automne-hiver 2018-2019.

«Ma participation est juste inimaginable», a-t-il dit en exprimant sa très grande fierté de représenter son pays, le Maroc, à cette semaine ouverte dimanche et qui se poursuit jusqu’à jeudi prochain.

Faite de robes sculptées à partir de matières nobles, la nouvelle collection automne-hiver de Nourredine Amir, qui a été présentée au siège de l’IMA, est inspirée de la nature (rochers, pierres, eau, oursins…).

Dans ses créations, l’artiste confectionne des tubes en mousseline de soie, les remplit d’autres matières et crée avec ses artisans des formes fabuleuses qui font ses robes.

Amir a, d’ailleurs, rendu un vibrant hommage aux artisans avec lesquels il travaille depuis des années. «On essaie de créer des choses contemporaines avec des techniques ancestrales marocaines utilisées dans les broderies», a-t-il expliqué.

Dans une déclaration similaire, le président exécutif de la Fédération française de la Haute Couture et de la Mode (FHCM), M. Pascal Morand, a exprimé pour sa part toute sa fierté pour «le travail incroyable sur la silhouette et les matières» entrepris par le jeune styliste marocain. «Nous sommes tous enchantés et ravis d’avoir vu cette très très belle et talentueuse collection», s’est-il exclamé.

Les membres du comité haute couture au sein de la FHCM «ont tout de suite apprécié son travail», a-t-il fait savoir en soulignant que sa sélection pour présenter ses créations lors de la semaine de la Haute Couture à Paris n’a pas été une surprise puisqu’il connaissait déjà le talent immense de ce créateur marocain hors pair.

Le président de l’IMA, Jack Lang, s’est dit également très fier et très heureux que cet artiste talentueux puisse présenter son défilé au siège de l’Institut sous le parrainage de la FHCM.

«Il s’agit là de la reconnaissance d’un artiste d’exception et c’est très important pour le Maroc et pour l’art marocain», a-t-il déclaré à la MAP soulignant que c’est aussi là la preuve qu’aujourd’hui au Maroc il existe une vitalité extraordinaire sur le plan culturel.

Jack Lang s’est déclaré ébloui par les créations d’une «extrême originalité» de l’artiste au niveau aussi bien des matières que du design. Ce sont des « œuvres sculpturales d’une beauté étonnante», s’est-il félicité.

La participation de Nourreddine Amir en tant qu’invité de la FHCM dans le cadre du calendrier officiel de la prestigieuse semaine de la Haute couture française est d’autant plus un honneur que le défilé intervient à un horaire fabuleux (11h00) et juste avant la maison Dior, a affirmé de son côté l’experte en mode et journaliste marocaine spécialisée Sofia Benbrahim. «C’est un grand symbole», a-t-elle souligné.

Amir est un des plus talentueux créateurs marocains, qui fait des recherches sur la réinterprétation des matières, qu’il va tordre, crocheter, enrouler, coudre pour en faire ensuite des chefs d’œuvres, en s’inspirant des touches marocaines, qu’il élabore avec ses artisans, a-t-elle expliqué.

C’est un grand honneur pour nous en tant que Marocains et pour le rayonnement du savoir-faire et du patrimoine marocains, s’est-elle réjouie en observant que Nourredine Amir montre la maîtrise de l’art marocain à travers son talent à lui mais aussi celui des artisans qui l’accompagnent.

Pour rappel, né en 1967 à Rabat, Noureddine Amir est diplômé de l’École supérieure des arts et techniques de la mode (Esmod) à Casablanca en 1996. C’est en rentrant vivre au Maroc au début des années 2000, après un passage aux Etats-Unis, qu’il se lance dans la création à partir de matières brutes et organiques que l’on trouve dans la région de Marrakech où il vit et travaille aujourd’hui.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *