Stigmate dans la prise en charge médicale : le vidéaste Swinga dénonce

Face à la dégradation physique de son neveu atteint de leucémie, puis sa mort, Mustapha El Fekkak, dit Mustapha Swinga, dont les vidéos sur YouTube totalisent des centaines de milliers de vues, était désarmé. Il dénonce sur les réseaux sociaux les services d’urgence du Centre hospitalier Ibn Rochd et l’incurie de son personnel médical et paramédical.

Tout commence quand la sœur du vidéaste découvre que son fils est atteint d’une leucémie. Elle sera confrontée aux insuffisances de l’hôpital et de ses urgences pour faire face aux situations aiguës et imprévues ainsi que l’inadéquation entre le besoin des usagers et l’organisation sanitaire.

«Notre système de soins est structurellement en difficulté pour faire face à certains cas de patients qui se rendent à l’hôpital. Ma famille, désemparée, rongée par l’angoisse quant à l’état de mon neveu, était dans une situation de crise devant une autorité hospitalière en état de saturation, voire d’usure» s’insurge le podcasteur qui regrette les carences de la productivité soignante du CHU Ibn Rochd.

La prise en charge défaillante a rendu difficile l’application de la procédure du traitement, notamment sur le plan psychologique. Le vidéaste souligne le coût exorbitant du traitement et son caractère excessif, la pénurie de sang, l’interruption de l’approvisionnement des médicaments, la pénurie du sang, et pointe d’autres irrégularités qu’il tient pour responsables du décès de son neveu. “Nous étions maintenus dans une relation médicale où mon neveu ne bénéficiait pas d’un étayage suffisant par rapport au contrecoup de la maladie sur son état. Le déploiement et le fonctionnement de dispositifs de prise en charge qui lui étaient dédiés se sont avérés défectueux”.

Les problèmes pointés sont pléthoriques : l’offre hospitalière, la prise en charge, les contraintes humaines et bureaucratiques, alors que l’activité dans les hôpitaux est à flux tendu, illustrant l’écart insoutenable entre les champs d’action et la demande des usagers.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *