Un quotidien espagnol se fait l’écho des projets de développement lancés dans les provinces du Sud

Laâyoune, la plus grande ville du Sahara marocain, connaît ces dernières décennies un développement soutenu dans tous les domaines, souligne, dimanche, le journal espagnol La Provincia.

Grâce à un processus d’urbanisation et de développement mené par le gouvernement et les autorités locales, Laâyoune est dotée actuellement de tous les services sociaux, culturels, éducatifs et d’épanouissement, écrit La Provincia, un quotidien édité aux Iles Canaries qui se fait l’écho des projets de développement lancés dans les provinces du Sud du Maroc.

A l’instar de Laâyoune, les autres villes et provinces du Sahara marocain se trouvent immergées dans une dynamique de développement sans précédent qui a changé le visage des trois régions sahariennes lors des 40 dernières années, fait observer la publication, mettant en exergue les opportunités d’investissements dont jouit le Sahara marocain, plus particulièrement en matière touristique et des énergies renouvelables, rapporte la MAP.

Les investissements alloués par le Maroc aux différentes villes du Sahara englobent tous les secteurs, notamment ceux de la santé, du tourisme, des infrastructures portuaires et aéroportuaires, des énergies renouvelables, de la purification de l’eau et du dessalement, de l’éducation, de la culture et du sport, relève l’envoyé spécial de La Provincia à Laâyoune, assurant que la gestion des affaires locales est confiée à des responsables sahraouis élus au suffrage universel.

Plus de 80% des Sahraouis vivent actuellement dans les trois régions du Sahara marocain et participent activement à la vie politique, note la publication, rappelant que le taux de participation aux élections atteint 72% aux provinces du Sud du Maroc, très loin de la moyenne nationale, qui est de 40%. De plus, les provinces du Sud du Royaume comptent 1.300 responsables élus, dont trois présidents de régions et 37 parlementaires, outre les maires des villes, les conseillers municipaux et les présidents des communes, indique la même source.

Après avoir rappelé que le Maroc est engagé dans un processus de régionalisation avancée impulsé par le Roi Mohammed VI, l’auteur de l’article souligne que les trois régions sahariennes sont pleinement impliquées dans cette démarche visant à doter les régions d’une autonomie dans la gestion de leurs affaires locales. Pour mener à bien ce projet, le Maroc a mis en place « un plan ambitieux d’investissements » en vue de garantir à toutes les régions du Royaume, y compris celles du Sahara, « le développement économique qui est une condition nécessaire pour l’exercice de leur autonomie », relève La Provincia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *