Une convention de don d’archives de l’association AMREC et de la Fondation Brahim Akhiate au profit des Archives du Maroc a été signée

L’institution des Archives du Maroc a signé, mercredi à Rabat, une convention de don d’archives avec l’association marocaine de recherche et d’échange culturel (AMREC) et la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle.

Cette signature a été conclue par le directeur des Archives du Maroc, Jamâa Baida, le président de l’association AMREC, Imad Meniari et le secrétaire général de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle, Yassine Akhiate.

Signée à l’occasion de la journée nationale des archives (30 novembre) et coïncidant avec le 54é anniversaire de la création d’AMREC, la convention sur le don des archives de l’association à l’Institution en charge, en tant que segment de la mémoire collective, en vue de la conserver pour les générations futures et la mettre à disposition des chercheurs.

Conformément à cette convention, l’AMREC et la fondation Brahim Akhiate ont déclaré avoir ouvert un fond propre aux Archives du Maroc, sous le nom de « fond Brahim Akhiate » qui comprend deux groupes, le premier concerne l’association et le second celui de la fondation.

Ce fond sera alimenté, au fur et à mesure, de documents réalisés et reçus par l’association tout au long de son parcours culturel et associatif, qui s’étale sur 54 ans ou appartenant à la famille du défunt Brahim Akhiate (1941-2018).

L’institution fes Archives du Maroc, quant-à elle, œuvrera, en vertu de cette convention, à la valorisation de ce patrimoine archivistique au niveau national et international par le biais des moyens jugés efficaces.

Par ailleurs, une conférence a été organisée en marge de cette signature, autour du thème « la culture amazighe et les archives nationaux », durant laquelle les participants ont souligné l’importance cruciale des donations associatives et des institutions académiques, qui disposent d’archives à valeur national, pour contribuer à la conservation de la mémoire collective et sa transmission aux générations futures.

M. Baida a noté, à cette occasion, que les archives privées des familles et associations sont des trésors qui enrichissent les archives nationales, se félicitant à cet égard de l’importance de l’initiative prise par l’AMREC et de la Fondation Brahim Akhiate.

Le directeur des archives du Maroc a salué l’importance du fond légué par le défunt Brahim Akhiate, considéré comme l’un des éminents acteurs qui ont marqué par leur travaux le parcours de la promotion de l’Amazigh au niveau de la langue, de la culture et de l’identité.

De son côté, l’ancien vice-secrétaire général de l’AMREC, Lhoucine Ait Bahcine, a affirmé que depuis sa création, le 10 novembre 1967, l’association a attaché une grande importance à collecter et répertorier le patrimoine amazigh afin de sauvegarder la mémoire collective du Maroc, caractérisée par la diversité de ses affluents. MM. Meniari et Yassine Akhiate ont également passé en revu le rôle de l’association AMREC et les efforts du défunt Brahim Akhiate pour collecter et répertorier le patrimoine amazigh dans ses diverses manifestations, en plus d’encourager les chercheurs et universitaires dans ce domaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *